Sélectionner une page

Aujourd’hui, la France est incontestablement en retard sur l’échelle européenne en matière de recyclage plastique. Avant-dernière du classement européen, la France a pourtant pour objectif de recycler 100% de ses déchets d’ici 2025. Un objectif irréaliste pour beaucoup, qui estiment que le gouvernement ne prends pas en compte plusieurs facteurs importants, dont la menace qui pèse sur le plastique recyclé à l’heure actuelle.

Depuis maintenant plusieurs années, le secteur du recyclage s’interroge sur son avenir incertain, et encore plus dans le contexte sanitaire actuel. En effet, et contrairement à d’autres secteurs, celui du recyclage ne dépend pas de lui même, mais est directement corrélé au prix du pétrole qui, lorsqu’il devient trop bas, impacte directement la vente de matières premières recyclées qui devient moins rentable pour l’acheteur que la matière première vierge. Ce faible prix du pétrole, menace directement l’industrie de la transformation du plastique, dont les ventes varient en fonction du prix du pétrole ainsi que du prix des matières vierges. 

Quelles mesures mises en place? 

C’est parce que les industriels du recyclage craignent, entre autres, que les entreprises renoncent à l’utilisation du plastique recyclé, que le Syndicat national des entrepreneurs de la filière déchet (Snefid) et le Syndicat national des régénérateurs de matières plastiques (SRP) réclament trois mesures de la part du gouvernement (liens) : 

Les deux premières mesures entrent dans un des objectifs de la loi Economie Circulaire et consistent à inciter l’incorporation des matières recyclés, ce qui pourrait garantir la vente des matériaux recyclés pour les entreprises de recyclage (les syndicats proposent en particulier un principe de bonus-malus et un taux minimum obligatoire d’incorporation des matières transformées). Aujourd’hui, l’Europe a donc prévu de faire passer une loi “d’obligation d’incorporation de plastique recyclé” d’au moins 25 % pour les bouteilles polyéthylène téréphtalate (PET) transparentes d’ici 2025, puis de 30 % pour la totalité des bouteilles d’ici l’année 2030.

La troisième mesure rentre dans l’objectif “100% de plastique recyclé d’ici 2025” et consiste à assurer que les engagements d’incorporation soient respectées par les entreprises et les industriels, dont beaucoup remplacent les plastiques recyclés par des plastiques vierges beaucoup moins chers.

D’autres alternatives ? 

Ce challenge sera justement celui de CarbonBlue, pour aider le recyclage plastique à se réinventer en s’appuyant sur les acteurs actuels comme Paprec, mais en accompagnant aussi l’émergence de sociétés innovantes. Depuis plus de 20 ans, la société MP Industries à Gardanne a volontairement choisi de ne plus dépendre des prix du pétrole en créant non pas une matière recyclée en compétition avec la matière vierge, mais en réalisant des produits finis dans un nouveau matériau: le Recyclène

Le Recyclène est une matière innovante fabriquée par MP Industries à partir de plastiques composites recyclés à base de polyéthylène issu de différents types de déchets industriels, agricoles ou encore ménagers qui sont habituellement destinés à être incinérés ou enterrés. 

CarbonBlue Cluster permettra d’aider tous les porteurs de projets innovants afin d’avoir une industrie du recyclage plastique pérenne, créatrice de nouveaux emplois qualifiés.